HomeEn direct des institutionsInstitutions européennes

Institutions européennes

Your Europe 2013: Open Space

Ce 23 et 24 janvier, le Comité économique et social européen a organisé un meeting dans le cadre de l’Année européenne du Citoyen. Cet événement avait pour but de rétablir le dialogue et la confiance entre la société civile et les institutions européennes. Sous forme d’ un « open space », les débats étaient axés sur la définition du principe de citoyenneté européenne, de questions d’actualité, de l’amélioration des possibilités d’actions citoyennes et d’essayer de dégager des solutions créatives.

Les 180 participants étaient divisés en 24 ateliers, dans le but de relancer la dynamique d’échanges multi-niveaux. Les participants ont proposé eux-mêmes les thématiques qu’ils ont débattus au sein des différents workshops. Le résultat de cette rencontre est plutôt positif. En effet, les solutions apportées durant cette rencontre ont permis de relancer la discussion entre les différents acteurs de la société civile ainsi que les membres du comité.

 

Consultez ici les conclusions de cette rencontre

 

 

Lancement de l'année européenne du Citoyen

 

Ce 10 janvier 2013, Dublin était au centre de toutes les attentions. En effet, la capitale irlandaise a été choisie pour organiser le premier débat qui inaugurait l’Année européenne du Citoyen.  A l’occasion du début de la présidence tournante irlandaise au Conseil, le président de la commission M. Barroso, la vice présidente Viviane Reding, le Taoiseach irlandais M. Enda Kenny, la ministre des Affaires européennes Mme Lucinda Creighton, ainsi que des députés irlandais au Parlement européen étaient réunis à l’hôtel de ville de Dublin devant un parterre de 200 citoyens européens.  Ces personnalités européennes ont répondu directement aux questions des citoyens sur des thèmes aussi variés que l’avenir de l’UE, les droits fondamentaux, la crise économique ou encore le changement climatique.

Des débat se dérouleront tout au long de l’année 2013, dans différentes régions d’Europe. L’objectif est de donner une voix aux citoyens européens dans le processus décisionnel de l’Union européenne. Cette initiative fait suite au rapport 2010 de l’UE qui met en exergue la levée des obstacles à l’exercice des droits des citoyens de l’Union. De plus, à un an des élections européennes, il est primordial de donner de la place à la démocratie participative.

Le président de la Commission, M. Barroso insiste sur ces objectifs : « Il s’agira de mener un large débat à travers toute l’Europe, qui doit intervenir avant la convocation d’une convention et d’une conférence intergouvernementale : un débat de dimension authentiquement européenne. En effet, essayer de résoudre des problèmes européens en y apportant uniquement des solutions nationales ne rime à rien, et nous ne pouvons continuer ainsi. Ce débat doit avoir lieu dans nos sociétés et parmi nos citoyens.»


Plus d’information sur ces débats


Le site de l’Année européenne du Citoyen

 

 

Les initiatives citoyennes en marche

Après des mois de retards et d’accumulation de problèmes techniques, les premières initiatives citoyennes européennes (ICE) peuvent commencer à recueillir des signatures ! En effet, les dépositaires des ICE ont rencontré tellement de problèmes depuis juillet dernier que la Commission a tenu à leur permettre de bénéficier de son propre hébergeur internet. Les douze première ICE ont ainsi vu le jour sur le site internet de la Commission Européenne.

La traité de Lisbonne a instauré ce nouvel outil afin d’améliorer la participation citoyenne au processus législatif européen. En effet, depuis le 1er avril 2012, l’initiative citoyenne européenne permet à un million de citoyens provenant d'au moins sept Etats membres de l'Union de demander à la Commission européenne de faire une proposition législative dans un domaine de sa compétence.

 

Lire la suite...

 

Quelle(s) conception(s) de la citoyenneté pour l’Année européenne 2013 ?

Les visions différentes autour de l’Année européenne des citoyens n’ont pas fini  de diviser, mais les organisateurs cherchent néanmoins des synergies avec les représentants de la société civile. Où en sommes-nous ?

Pour mettre à l’honneur la citoyenneté européenne, instaurée il y a 20 ans par le Traité de Maastricht, la Commission européenne a désigné  2013 « L’Année européenne des Citoyens ». La nouvelle, accueillie avec satisfaction par les différentes organisations, a également entraîné quelques réserves, ainsi qu’une question fondamentale : « Quelle définition donner à  la citoyenneté ? ». Les divergences concernant cette définition se sont avérées profondes, divisant la Commission européenne, les eurodéputés et les représentants de la société civile. En conséquence, plusieurs visions pour célébrer l’année 2013 ont surgi.

 

Lire la suite...

 

Campagne pour le renouvellement du CESE

Institué en 1957 par les Traités de Rome, le Comité Économique et Social Européen (CESE) est un organe consultatif censé être une voix de la société civile organisée européenne auprès des trois grandes institutions communautaires que sont le Parlement, la Commission et le Conseil de l’Union européenne. Autrement dit, le CESE se veut le garant de la participation de la société civile au processus décisionnel européen.

Le CESE se compose de 344 membres issus d’organisations nationales des 27 Etats membres de l’UE. Avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne le 1er décembre 2009, les membres du CESE sont nommés pour un mandat renouvelable de cinq ans par le Conseil de l’UE sur la base de propositions des représentants des organisations de la société civile nationale.

Les membres du Comité ont la possibilité de proposer des questions qu’ils voudraient voir à l’agenda du triangle institutionnel. Le CESE émet en moyenne 170 travaux consultatifs par an dont 15 % environ sont de sa propre initiative. Le CESE est organisé en trois groupes :

 

  • le Groupe des employeurs (Groupe I) rassemblant des entrepreneurs ou représentants d'associations d'entrepreneurs de l'industrie, du commerce, des services et de l'agriculture de tous les pays membres,
  • le Groupe des salariés (Groupe II) composé de représentants des organisations syndicales nationales, des confédérations et des fédérations sectorielles,
  • le Groupe 'Activités diverses' (Groupe III) réunissant les représentant des secteurs économiques, sociaux et civils non représentés par les deux premiers groupes : environnement, économie sociale, agriculture, artisanat, consommateurs, coopératives, petites et moyennes entreprises, etc.

La présence du groupe III doit permettre au CESE de compléter le tableau de la diversité des réalités sociales, professionnelles, économiques et culturelles de la société civile organisée. Toutefois, sa grande hétérogénéité peut également constituer un frein à l’efficacité de son action en associant des personnes provenant d’activités diverses et défendant des intérêts différents.

Le mandat actuel, entamé en octobre 2006 touche à sa fin et le prochain renouvellement est prévu pour septembre 2010. A l’occasion de ce renouvellement un certain nombre d’ONG européennes1 mènent campagne pour que la configuration actuelle du Groupe III reflète (plus) adéquatement la diversité de la société civile organisée et l'importance de la contribution de ces organisations qui ont des intérêts autres que ceux des entreprises et des syndicats par rapport au bien-être des citoyens européens. Pour ces ONG, la composition du groupe III « laisse songeur » car « nombre de ses membres, agriculteurs, artisans, PME… devraient, en toute logique, siéger dans les groupes I ou II. Résultat, ce ne sont qu’environ 35% des membres du groupe III qui représente effectivement des organisations de la société civile : associations, fondations, mutuelles, etc.» (Plus d'infos).

Pour le Forum Européen de la Jeunesse, les Etats membres « contribueraient non seulement à garantir une participation plus vaste des protagonistes de la société civile organisée dans la vie démocratique de l’Union, mais également à accroître la crédibilité et l’efficacité du Comité économique et social européen, lui conférant plus d’autorité dans son rôle de représentant institutionnel de la société civile organisée et de transmetteur des préoccupations, aspirations et exigences » (Plus d'infos).

 


1. La COFACE, le Forum Civique Européen, le Mouvement Européen ainsi que l’AEDH, Youth Forum, Eurochild, EUCIS-LLL, EFC, EDF, AGE, SOLIDAR, EASPD, CEDAG sont parties prenantes de cette campagne.

 

 

Page 1 sur 3

Avec le soutien de

Copyright © 2014 Being citizen. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.