HomeRéflexions & analysesDémocratie locale

Démocratie locale

Renforcer les capacités des habitants à participer à la rénovation de leur quartier

Le projet « Participation des citoyens européens à la revitalisation de leur quartier » touche à sa fin cet été après 11 mois de collaboration entre CeRe (Roumanie), CSV Environment (Angleterre), PLS (Belgique) et Récits (France). Ces quatre associations stimulent les habitants à s'organiser ou soutiennent des comités de quartier afin qu'ils :

  • construisent une position collective et la défendent dans les espaces de consultation mis à disposition par les autorités municipales ;
  • plaident  auprès des pouvoirs publics une rénovation des quartiers en accord avec les besoins des habitants et non avec les intérêts économiques de promoteurs immobiliers ;
  • obtiennent la mise à disposition d'espaces publics fermés au public pour des activités d'intérêt général ;
  • invitent, mobilisent la communauté à prendre en charge l'entretien et l'animation d'espaces publics abandonnés par les autorités municipales faute de moyens.

Les quatre organisations ont accompagné des groupes d'habitants dans le développement de plans de revitalisation d'envergure différente : l'entretien et l'animation d'un parc, la mise en marche d'un nouvel espace vert ouvert au public, l'aménagement d'équipements publics jusqu'à des modifications drastiques du bâti et des infrastructures de tout un quartier. Suivant les territoires, différents degrés de collaboration entre la société civile organisée et les autorités publiques ont délimité la marge de manœuvre des activités développées tout au long du projet avec parfois, des postures de type « watch-dog » lorsque la collaboration était impossible. Néanmoins, le processus d'apprentissage mutuel entre partenaires et les visites de terrain à Marseille et Bucarest ont permis de mettre en perspective les actions menées par chacun au niveau local et de travailler les complémentarités entre les différentes approches (voir à ce sujet les rubriques « Un autre regard »).

 

Sur base des résultats obtenus dans quatre quartiers de l'Union européenne et de l'expérience des différentes parties prenantes au projet, un guide pédagogique est en cours d'élaboration afin de servir de ressources aux collectifs d'habitants et aux associations qui les accompagnent. Quatre films réalisés à Birmingham, Bruxelles, Bucarest et Marseille illustreront le propos de cet ouvrage.

Le travail mené conjointement au niveau européen prend donc fin mais les actions continuent dans le parc Sara (GB), à Vitrolles (FR), Bruxelles (BE) et Cartierul Tei or Orizont, Bucharest (RO). Les collectifs d'habitants continuent leur action de manière autonome et stimuleront à leur tour la naissance d'autres groupes actifs pour la revitalisation de leur quartier.

Le guide et les documentaires pourront être téléchargés en accès libre sur le site de chaque partenaire.

 

 

Revitalisation des quartiers, les habitants s’impliquent !

« La participation des citoyens à la régénération de quartiers européens », tel est le titre du projet[1] mené par 4 associations[2] qui sont convaincues qu’échanger les bonnes pratiques des activités qu’elles mettent en œuvre au niveau local pourrait améliorer leurs méthodes de travail.  Ces échanges renforceraient également l’impact de leurs activités en termes de degré d’implication du public cible dans leurs actions, mais aussi en termes d’influence sur les fonctionnaires et décideurs locaux, qui en connaissance d’initiatives menées dans d’autres Etats membres de l’UE pourraient modifier leur approche.

Cette newsletter souhaite apporter une visibilité aux actions menées par et pour des groupes d’habitants afin de gérer des espaces publics de Birmingham, Bruxelles, Bucarest et Vitrolles. Ils revendiquent plus de contrôle sur un quartier mieux adapté à leur mode de vie.


En Belgique, quelques habitants « éclairés » ont su exploité un contexte institutionnel favorable aux initiatives ascendantes. Et mobiliser leurs voisins pour rendre au quartier un espace jusqu’ici inaccessible. En Angleterre, en France et en Roumanie, des ONG locales déjà bien expérimentées, ont permis de renforcer un sentiment d’appartenance au quartier et de ce fait ont stimulé l’engagement des habitants. Elles accompagnent les habitants de ces quartiers dans l’identification des infrastructures publiques défaillantes ou manquantes et la construction d’alternatives.

Ces quatre initiatives de régénération urbaine participative peuvent être divisées selon différentes zones d'intervention. À Bucarest, une approche transversale a permis d’identifier les questions prioritaires pour la revitalisation du quartier (la gestion des déchets, les chiens errants, le manque de places de parking...). À Vitrolles, l'association partenaire s’est penchée sur l'histoire du quartier et a ainsi suscité la création d'identité collective. À Birmingham, le partenaire a basé son action sur le sentiment d'appartenance des habitants autour d’un espace commun : leur parc, dont la gestion est négligée suite à des difficultés financières rencontrées par la mairie. À Bruxelles, un groupe d'habitants tente de mobiliser le quartier autour de la création d'un potager collectif, comme espace de rencontre intergénérationnel convivial.

Afin de mobiliser les habitants, différentes méthodes ont été appliquées. D'une part, l'ONG roumaine, inspirée par les évolutions nord-américaines, a utilisé la méthode du «community organising». Ils ont opté pour une approche plus radicale par rapport aux trois autres villes partenaires dans la mesure où leur action n'est pas soutenue ou financée par les autorités publiques. Même si la participation des citoyens devient un élément graduellement pris en compte dans le discours des pouvoirs publics roumains, elle reste toutefois encore mal structurée. La participation des habitants n'est tout simplement pas considérée comme un élément transversal des politiques publiques en Roumanie. Les actions en Angleterre, en Belgique et en France sont plus ou moins menées main dans la main avec les autorités publiques locales. Le potager collectif reçoit par exemple le soutien financier du Ministère de l’Environnement de la Région de Bruxelles Capitale. Dans le cadre d'un programme de régénération financé par des fonds publics, l'organisation française a proposé à la ville de Vitrolles et à un organisme de logement social d’aller à la rencontre des habitants pour recueillir leurs témoignages. Et enfin, le groupe des «Amis du parc Sara », accompagné par l'ONG anglaise, collabore avec l’organisme public de gestion du parc pour son embellissement.

Nous espérons que cette newsletter incitera à la réflexion sur les processus de participation en milieu urbain et contribuera aux échanges de pratiques et expériences entre acteurs de différents pays européens.


1. Le projet est cofinancé par le Programme d’Action Communautaire « Europe pour les Citoyens » de l’Unité Citoyenneté de la DG Education, Audiovisuel et Culture de la Commission européenne. Retrouvez l’intégralité de la présentation du projet sur  http://www.beingcitizen.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=103&Itemid=25&lang=fr
2. CeRe, Bucarest, Roumanie,  CSV Environment, Birmingham, EnglandPLS, Brussels, Belgium et  Récits, Vitrolles, France.

 

Avec le soutien de

Copyright © 2014 Being citizen. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.